Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Avis d'experts

Comprendre comment renseigner l'administration au pied du lit du patient

 1827 vues

Cet avis d'expert a été rédigé par Thierry MORVAN.

Dans les établissements de santé, le principe est assez simple : la prescription est réalisée par le médecin, l’infirmier(e) prépare et distribue les traitements aux patients. La traçabilité de cette administration pose de nombreux problèmes.

Aspect réglementaire : Textes réglementaires et textes utiles

  • Le décret n° 2002-194 du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier détermine clairement le périmètre des actes professionnels et la responsabilité des IDE.
  • NOR: SASH0918262A .Version consolidée au 18 octobre 2015
  • Article R4311-1 du CSP En savoir plus sur cet article...
  • Article R. 4311-3 du CSP
  • Critères 20 A bis :
    • les règles d’administration des médicaments sont définies et la traçabilité de l’acte est organisée
    • la traçabilité est assurée en temps réel par le personnel habilité, selon la procédure définie.
  • IGAS; Rapport 2005-022 Prescription de médicaments en EHPAD

Préparation

Une des activités dans le rôle propre de l’IDE correspond à la dispensation aux patients des traitements prescrits dans le plan de soins. Cet exercice commence dès la préparation et la mise en œuvre des médicaments et produits à administrer, selon les règles de sécurité et d’hygiène.

Suivant le type de dispensation pratiqué par la PUI, (Dispensation Individuel Journalière Nominative DJIN ou globalisée par armoire à pharmacie dans les services), l'IDE sera dans l'obligation de contrôler les DJIN ou de préparer les traitements à administrer.

Vérification finale avant administration et traçabilité

Le contrôle final avant administration doit être assuré en temps réel, ce qui est facilité si le plan de soin est informatisé. En effet, un traitement pourrait être rajouté, supprimé ou modifié en dernière minute à distance de l'IDE et du secteur (par exemple, en raison d'une intervention pharmaceutique) (si une modification de traitement est nécessaire en urgence, il est de bonne règle de contacter directement les soignants ; la simple modification à distance du plan de soin risque de ne pas être prise en compte, si elle intervient après la préparation des traitements à administrer. Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'État d'infirmier). Par ailleurs, il semble souhaitable que chaque préparation thérapeutique à risque soit administrée par le professionnel qui l’a réalisée.

L’administration

L’IDE est en mesure de contribuer à l’aide à la prise, à la vérification de la prise, à l’administration de produit médicamenteux selon les diverses voies d'administration. Son intervention permet, grâce à la vérification d'un certain nombre de paramètres, de prévenir des erreurs liées aux thérapeutiques.

L’identité du bon patient doit être vérifiée lors de chaque administration, soit au moyen d'un interrogatoire par des questions ouvertes avec les patients communicants ou à l'aide des dispositifs mis en place dans l'établissement (bracelets, photographies du patient, identification RFID......) pour les patients à communication altérée.

Dans le second temps, elle s'assure de l'administration du bon médicament, à la bonne dose, au bon dosage (le dosage est la quantité de substance active dans une unité de prise (comprimé à xx mg), la dose est la quantité de substance active à administrer à chaque fois (1/2 comprimé)), à la bonne dilution, sur la bonne durée d'administration, à la bonne heure, avec la bonne forme galénique et par la bonne voie. La traçabilité de l’administration devient dès lors réalisable. Il est attendu que l’administration soit tracée à l’instant de la prise. Cette exigence émane notamment d’un référentiel de la HAS. L'identification des médicaments est facilitée par la présence de photos dans le livret thérapeutique ou la base de données médicamenteuse, par des identifiants sur les conditionnements unitaires, ou dans le cas d'une DJIN par le conditionnement en sachets porteurs de code-barres ou puce RFID.

La traçabilité pourra être réalisée avec un chariot de distribution associé à un poste informatique mobile, pour une saisie de l’administration en temps réel au plus près du patient. Certains postes informatiques dits « médicalisés » et les TMM, les tablettes tactiles et les smartphones supportant les bio-nettoyages sont en mesure de séjourner dans une chambre de patient, cependant pour les autres typologies de matériel aucune étude ne permet de trancher sur l’opportunité de présence au plus près du patient. Ils peuvent être associés avec un lecteur de code-barres ou RFID.

La vérification permet non seulement de sécuriser l'administration, mais aussi d'enregistrer un compte rendu d'administration, notamment la survenue de non-conformités (patient absent pour examen, incapable d'avaler, refus du traitement) ou d'incidents (réaction indésirable, douleur à l'injection, extravasation sous cutanée....).

La collaboration infirmier(e) aide-soignant

À la différence des infirmiers dont la profession est réglementée au livre troisième, titre premier « profession d’infirmier ou infirmière »(R4311-1 à R4312-4 du code santé publique (CSP)) , la profession d’aide-soignant n’a pas de décret de compétence. À ce jour seuls les arrêtés du 22 novembre 2005 (modifié par l'arrêté du 30 novembre 2009 relatif à la formation conduisant au diplôme d'aide-soignant) relatifs aux modalités d'organisation de la validation des acquis de l'expérience pour le diplôme professionnel d'aide-soignant, et du 22 octobre 2005 (Arrêté du 8 février 2007 modifiant l'arrêté du 22 octobre 2005 relatif au diplôme professionnel d'aide-soignant) (modifié en février 2007) relatifs au Diplôme Professionnel d'Aide-Soignant, servent de référence pour déterminer le domaine de compétences des AS.

La collaboration ne peut se faire qu’avec les personnes expressément visées à l’article R 4311-4 CSP : « aides-soignants, auxiliaires de puériculture ou aides médico-psychologiques »


L'article R 4311-4 CSP précise bien que la collaboration porte :

  • Sur les soins relevant du rôle propre de l'infirmier ;
  • Peuvent être dispensés avec la collaboration des aides-soignants, auxiliaires de puéricultures dans la limite de leur qualification et du fait de leur formation ;
  • Les actes sont exercés sous la responsabilité de l’infirmier.

L’article R. 4311-4 du code de Santé publique consent dans un cadre spécifique une délégation sous la responsabilité de l’IDE, pour la distribution sous le contrôle de l’IDE
« Lorsque les actes accomplis et les soins dispensés relevant de son rôle propre sont dispensés dans un établissement ou un service à domicile à caractère sanitaire, social ou médico-social, l'infirmier ou l'infirmière peut, sous sa responsabilité, les assurer avec la collaboration d'aides-soignants, d'auxiliaires de puériculture ou d'aides médico-psychologiques qu'il encadre et dans les limites de la qualification reconnue à ces derniers du fait de leur formation. Cette collaboration peut s'inscrire dans le cadre des protocoles de soins infirmiers mentionnés à l'article R. 4311-3. »

Retrouvez le catalogue des productions des experts HN.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 11/01/2015

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Inscription

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre comment renseigner l'administration au pied du lit du patient (Avis d'experts) qui traite de Référent métier, D3.4 - Prescription des actes infirmiers, D3.5 - Plan de soins alimenté par les prescriptions, Management /organisation, Prescription d'actes (biologie, imagerie, soins, examens comp.), Dossier de soins - Plan de soins.

Vous êtes perdu ?

Haut de page