Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance

 941 vues

Développement des SIH : éléments clés

Nous nous bornons ici à résumer les points saillants, afin de donner une vue d’ensemble du sujet. Une étude plus détaillée a été réalisée par la DGOS dans l’Atlas 2013 des SIH. Cette synthèse s’appuie sur la base de données oSIS (données à fin janvier 2014, 1923 établissements concernés). La population d’oSIS n’est pas parfaitement représentative de la population générale des établissements sanitaires. Les biais statistiques sont cependant négligeables à la maille utilisée dans ce document. Nous avons cependant observé au cours des audits des écarts entre les déclarations dans oSIS par les établissements et la réalité du site : il existe probablement un biais optimiste dans oSIS, mais il ne remet pas en cause les éléments saillants.

Les informations qui suivent concernent le déploiement, à savoir une fonction informatisée ou non. Elles ne concernent pas l’usage des logiciels par les professionnels. Cependant, comme cela sera détaillé dans la suite de ce document, c’est bien l’usage des logiciels qui permet d’atteindre les bénéfices de l’informatisation. Ces points ont fait l’objet d’une attention particulière durant l’audit. Le Programme Hôpital Numérique est également construit sur une logique d’usage des logiciels, au-delà de la seule informatisation.

Des fonctions administratives et médicotechniques largement voire totalement informatisées

  • Les grandes fonctions administratives sont informatisées dans tous les établissements : gestion administrative des malades (GAM), paie, gestion économique et financière ;
  • les plateaux techniques sont informatisés dans l’immense majorité des établissements : biologie (88% des établissements ont un serveur de résultat informatisé), imagerie (80% des établissements ont un système d’information radiologique), etc.

L’informatisation du coeur de métier : un mouvement massif

La très grande majorité des établissements sanitaires a engagé l’informatisation du Dossier Patient transversal et environ 60% l’a achevé. À titre d’exemple :

  • 89% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation du dossier médical (59% des déploiements sont achevés),
  • plus de 90% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation de la prescription médicamenteuse (62% des déploiements achevés, 86% des déploiements achevés sur l’informatisation des bases de données médicamenteuses),
  • Plus de 82% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation du dossier paramédical (60% des déploiements achevés).

Les dossiers de spécialité et l’intégration entre dossiers de spécialité et dossier transverse encore en retrait

Moins de la moitié des établissements a engagé l’informatisation des dossiers de spécialités. À titre d’exemple, on peut citer :

  • 35% des réanimations disposent d’un dossier de spécialité informatisé ou en cours d’informatisation
  • 50% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation du dossier d’anesthésie

L’ouverture des SIH sur l’extérieur reste minoritaire

À titre d’exemple, on peut citer :

  • Le DMP : 38% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation de son alimentation, 36% pour sa consultation
  • La prise de rendez-vous par internet : 22% des établissements ont informatisé ou sont en cours d’informatisation.
Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Inscription

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Partager l'état des lieux des SIH en France et les déterminants de son usage (Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?