Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance

 2238 vues

Le marché français des éditeurs de logiciels hospitaliers

Chiffres clés

  • Taille du marché des TIC en santé : entre 1,6 et 2,15 Md€ (hors télésanté et télémédecine, qui représentent environ entre 210 et 350 M€)8
  • Part de l’édition de logiciel dans ce marché (hors télésanté et télémédecine) : environ 425 M€9
  • Emplois de la filière (hors télémédecine et télésanté) : entre 20 000 et 30 000 personnes
  • Dépense informatique externe des établissements de santé : environ 950 M€10, dont environ 70% issus des établissements publics. La dépense informatique interne est d’environ 300 M€11, essentiellement en dépenses de personnel.
  • Part des dépenses informatique des ES (1 250 M€) dans leurs dépenses totales (ONDAM-H 2011 : 72 600 M€) : environ 1,7%.

Focus : les éditeurs de logiciels de SIH12

Globalement, il n’y a aucun acteur dominant sur ce marché. Il existe des difficultés structurelles de rentabilité pour les acteurs privés.

Beaucoup d’éditeurs, majoritairement de taille petite à modeste

Plus de 300 éditeurs sont présents, avec des tailles modestes, voire petite la plupart du temps : en dehors d’une exception (Chiffre d’affaire supérieur à 37 M€), les éditeurs spécialisés les plus importants réalisent des chiffres d’affaire compris entre 15 et 20 M€. Mais pour la majorité des éditeurs spécialisés, les chiffres d’affaires sont inférieurs à 10, voire le plus souvent à 5 M€.

Des offreurs généralistes peu ou pas présents sur le marché des SIH

Les acteurs généralistes de l’édition logicielle sont globalement peu présents, de même que les industriels de grande taille (intégrateurs, fournisseurs d’infrastructure réseau et télécom), à de rares exceptions près.

Une part importante et croissante des filières publiques

Elles détiennent 30% du marché tous segments confondus et sont dans une dynamique de progression forte. De nombreux cas de réponses groupées avec les éditeurs privés sont relevés.

Évolution de la demande des établissements sanitaires, priorités d’investissement13

Une dynamique d’investissement vigoureuse…

25% des budgets informatiques des établissements sanitaires (hors frais de personnel) sont consacrés à des nouveaux projets. Dans les autres secteurs d’activité, on se situe entre 15 et 20%. …

Mais que les équipes en place dans les établissements peinent à suivre

La taille et la structure de compétences des équipes en place ne sont pas suffisantes pour supporter efficacement ce nombre de nouveaux projets, d’où une opportunité forte vue par les établissements pour la mutualisation14 des projets et/ou des ressources entre les établissements.

Des priorités des directions de systèmes d’information qui reflètent les enjeux nationaux, tout en tentant de résoudre le dilemme global des établissements de santé

Objectifs prioritaires des DSI des ES

  1. Informatisation du Dossier du Patient
  2. Rationalisation des infrastructures techniques
  3. Sécurité du SI (confidentialité, disponibilité)

Nota : les objectifs du Programme Hôpital Numérique – le plus souvent contractualisés dans les CPOM des établissements et depuis cette année intégrés à la certification des établissements – apparaissent naturellement dans l’agenda court terme des ES (enquête réalisée avant l’annonce par Madame la Ministre de la Santé du volet financement du Programme Hôpital Numérique).

Objectifs prioritaires des investissements SI des ES

  • Équilibre financier
  • Amélioration de la qualité des soins

8 Études de marché Xerfi (2011), IDC (2013), Livre Blanc « Télémédecine 2020 » Syntec Numérique (2012). Ce chiffre intègre des dépenses qui ne sont pas supportées par les ES, notamment les dépenses des opérateurs publics (GCS e-santé, ASIP santé), les dépenses de télécommunication, la médecine de ville, etc. Cela explique, en partie au moins, l’écart entre les dépenses des ES et la taille du marché estimée par les cabinets spécialisés.

9 Xerfi (2010), à partir du CA de 70 sociétés spécialisées dans la e-santé (« pure players »).

10 Extrapolation à partir de l’Atlas 2013 des SIH (DGOS), données 2011. Ne sont pas incluses les dépenses liées aux services de télécommunication.

11 Ibidem

12 IDC (2013)

13 Ibidem

14 IDC (2013), ANAP « projet OISIS Gestion de portefeuille de projets » (2012), ANAP/ASIP « mutualisation et externalisation des SI » (2013)

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Inscription

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Partager l'état des lieux des SIH en France et les déterminants de son usage (Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?