Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance

 1828 vues

L’informatisation de l’hôpital en France : 50 ans d’histoire

FIGURE 4 : UNE HISTOIRE SCHEMATIQUE DE L’INFORMATISATION

Des années 60 aux années 90 : l’informatisation des fonctions administratives par des structures publiques

L’informatisation des établissements de santé commence dans les années 1960. Les premiers développements de l’informatique hospitalière s’organisent selon une approche centralisatrice avec la création d’applications dites « nationales » dans le domaine des fonctions administratives (la paie, la facturation, la comptabilité).


Les années 1970 voient les prémices d’une mutualisation des efforts en matière de développement de SIH avec la création de Centres Régionaux de l’Informatique Hospitalière (CRIH). Ces structures publiques sont en charge d’assurer le développement, la maintenance et l’exploitation de l’informatique hospitalière.


Puis dans les années 80 suite à la circulaire de novembre 1982, l’offre de solutions informatiques s’organise autour de « filières » développées par les CRIH visant à médicaliser davantage les SIH et à permettre un accès à chacun aux informations nécessaires pour accomplir sa mission. Cette informatisation ne concernant que les hôpitaux publics, une offre commerciale se développe en parallèle pour les établissements privés. Ce segment de marché très étroit ne permet pas l’émergence dans cette période d’industriels de taille notable.

Des années 90 aux années 2000 : l’informatisation des plateaux médicotechniques et l’ouverture du marché

La circulaire de novembre 1989 (complétée par la circulaire d’avril 1991) permet aux établissements de choisir les solutions informatiques de leur choix. Le marché est dorénavant ouvert aux industriels du secteur privé.


Néanmoins, dans un 1er temps, l’offre logicielle privée a du mal à émerger en raison de la concurrence des solutions des CRIH financée sur fonds publics (cf. rapport Bacquet de 1998).


C’est pourquoi, la circulaire d’avril 1999 a été publiée afin de recadrer les modalités d’intervention des CRIH. Elle préconise la constitution de conventions de coopération s’appuyant sur une personnalité morale (ex : Groupement d’Intérêt Public, Syndicat Inter Hospitalier, Groupement d’Intérêt Économique).

En parallèle, l’offre logicielle privée s’est structurée et développée en exploitant deux leviers concurrentiels :

  • Compétences dans des domaines très spécifiques tels que l’imagerie
  • Large éventail de prestations de service (conseil en organisation, étude réseau, formation, assistance technique…) différenciant par rapport aux offres concurrentes.

Au cours de cette période, les établissements se sont dotés d’applications médico-techniques (imagerie, biologie médicale…) relativement verticales dans leur mise en oeuvre qui se déploient en mobilisant un nombre limité de professionnels de santé. Leur mise en place ont nécessité peu d’adaptation du fonctionnement de l’établissement.

Des années 2000 à aujourd’hui : l’informatisation de la production de soins et les plans nationaux

Afin de lutter contre l’augmentation des dépenses de santé, l’Etat, dans les années 2000, a lancé une série de plans visant à moderniser l’offre de soins.


L’une des mesures phares portée par le Plan Hôpital 2007 a été de mettre en oeuvre la tarification à l’activité au sein des établissements sanitaires avec pour objectif de lier moyens et activités médicales. Cette mesure a provoqué l’informatisation de la production de soins des établissements. Pour se faire, des aides au financement des projets ont été attribuées aux établissements afin d’appuyer leurs investissements.


Attirés par les perspectives de financement du plan Hôpital 2007 puis du plan Hôpital 2012, de nouveaux éditeurs étrangers ont pénétré le marché français en privilégiant une stratégie de croissance externe. Quant aux éditeurs français privés et publics, ils ont élargi leur offre en adaptant leurs solutions d’un point de vue technologique et réglementaire.


Néanmoins, l’informatisation de la production de soins s’avère beaucoup plus complexe que l’informatisation des autres fonctions de l’hôpital en raison du nombre important d’acteurs à mobiliser et de la nécessaire maîtrise de l’organisation des soins.

FIGURE 5 : 2002 – 2012 : 10 ANS DE POLITIQUES PUBLIQUES EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DES SIH, AVEC UNE MATURATION CONTINUE

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Inscription

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Partager l'état des lieux des SIH en France et les déterminants de son usage (Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?