Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance

 100 vues

Le développement du pilotage médico-économique est l’un des objectifs de la réforme de l’organisation interne des établissements publics de santé, induite par la loi HPST.
Il vise à favoriser le décloisonnement entre les fonctions médicales, administratives et soignantes (notamment avec le conseil exécutif) et s’attache à responsabiliser les acteurs par la diffusion de la culture médico-économique via l’appropriation des outils de pilotage, notamment en accompagnant la mise en place des pôles d’activité, par la constitution d’unités médico-économiques de taille critique pour rapprocher la gestion du terrain et la mise en oeuvre de la stratégie médicale.

Contrairement aux deux processus métiers précédents, le pilotage médico-économique ne fait pas l’objet d’une traduction homogène au sein des établissements.

Si l’ensemble des établissements audités partagent la capacité à produire des indicateurs généraux, la complexité des logiciels d’aide à l’élaboration de ces indicateurs est à la hauteur de la volonté exprimée par les acteurs d’approfondir le dialogue de gestion.

En effet, les établissements rencontrés sont, pour l’essentiel, en capacité d’extraire les données issues des différents domaines fonctionnels ayant fait l’objet d’une informatisation. Selon les établissements, la maîtrise des données contenues dans les applications métiers revient soit aux utilisateurs soit à la DSI.

À titre d’exemple, plusieurs établissements ont mis en place des commissions de prescription des examens de biologie médicale visant à redéfinir les protocoles de prescription en s’appuyant sur la liste des examens biologiques les plus prescrits et mesurant leur pertinence par rapport aux bonnes pratiques de prescription.
Un établissement utilise les données en provenance du logiciel de gestion du bloc opératoire pour réallouer les plages opératoires en fonction de l’activité constatée et des prévisions d’activité. Les tableaux de bord de pilotage sont l’un des éléments qui soutiennent les échanges au Conseil de Gestion du Bloc opératoire.

Cependant, l’élaboration de tableaux de bord croisant des informations issues des différents secteurs fonctionnels est, en revanche, majoritairement manuelle faute d’un outil décisionnel. C’est pourquoi, il peut y avoir un décalage important dans la temporalité des données entre leur production et leur mise à disposition. Pour les quelques établissements disposant d’un outil décisionnel, celui-ci s’accompagne d’un chantier d’harmonisation des référentiels « structure » des différents applications métiers permettant de pouvoir croiser les données.

Les informations partagées dans le cadre du dialogue de gestion sont majoritairement tournées vers l’analytique et peu orientées performance. Les données partagées concernent :

  • L’activité (hospitalisation, consultation, durée moyenne de séjour, séjours valorisés, nombre d’interventions aux blocs…),
  • Les dépenses de personnel, médicales, d’actes médico-techniques,
  • Les ressources humaines (effectifs) ;

Elles sont le reflet des prémisses d’un dialogue de gestion avec les pôles qui porte aujourd’hui sur l’activité et les ressources et s’inscrit dans une délégation de gestion plus ou moins approfondie, par exemple sur les vacations et la formation.

16 La qualité de la prise en charge médicamenteuse s’intègre dans la gestion globale des risques définie par des dispositions réglementaires et juridiques. (www.sante.gouv.fr). Le circuit du médicament en établissement de santé a fait l’objet de nombreux travaux et publications tels que le guide DGOS « Qualité de la prise en charge médicamenteuse - outils pour les établissements de santé » faisant suite à la publication de l’arrêté du 6 avril 2011 et de la circulaire du 14 février 2012 relatifs au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse dans les établissements de santé, le guide de la Haute Autorité de santé (HAS) « Outils de sécurisation et d’autoévaluation de l’administration des médicaments », visant à prévenir la survenue des erreurs médicamenteuses lors de l’administration des médicaments en établissement de santé.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 27/03/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Inscription

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Partager l'état des lieux des SIH en France et les déterminants de son usage (Etat des lieux).

Vous êtes perdu ?