Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Retour d'expérience, témoignage

Ressources associées

Personne ressource

Etienne MAUGET

Glossaire

 459 vues

Choix de la méthode

L’enquête s’adresse à différents profils de professionnels de santé.

Elle permet de :

  • Mettre en avant le point de vue de chacun des acteurs (tous profils confondus) concernant l’appréhension du contexte général du projet régional

  • Développer les idées individuellement puis en groupe

  • Impliquer chacun des acteurs dans cette initiative.

La méthode retenue est le groupe de travail reprenant les points types d’une étude qualitative :

  • Recherche et compréhension des besoins (en groupe et individuellement)

  • Pas de prise en compte de notion de représentativité de l’échantillon

  • Compréhension des attitudes et des motivations individuelles

  • Implication des participants dans le projet : les participants partagent leur avis en groupe et en font une synthèse commune, ce qui favorise la cohésion de groupe.

Objectif fixé et contexte

Le GHT Côte d’Opale a organisé un atelier qui s’est déroulé lors d’un séminaire intitulé « Besoin échanges et partage » le 28 mai 2018. Il a eu pour objectif d’appréhender le contexte général du projet régional (nommé PREDICE, voir encadré) et d’identifier les premiers cas d’usages et besoins de collaboration.

L’atelier a été réalisé sous la forme de 4 groupes de travail rassemblant au total 42 professionnels de santé. Les groupes ont été équitablement formés avec la même répartition entre types de professionnels de santé (médecins, aides-soignants, etc.).

Les principes du projet, son histoire, son ambition ont été rappelés aux participants. Une phase d’échanges et de cadrage relative au projet a été réalisée avant que l’atelier ne débute.

Contexte PREDICE

La région Hauts-de-France a lancé mi-2018 le programme PREDICE « Ma Santé Hauts-de-France », avec l’ambition d’offrir à l’ensemble des acteurs du système de santé un bouquet de services numériques. Ce programme s’articule autour de 3 piliers métier : la mise en relation, la coordination et la télémédecine.

Les services de mise en relation (RDV en ligne) et de coordination (dossier de coordination, messagerie instantanée, et gestion des parcours), en ligne avec la stratégie nationale, permettent aux patients et aux professionnels de santé de mieux interagir avec l’ensemble des composantes du système de santé.

Les services de télémédecine (téléconsultation, télé expertise, etc.) permettent aux acteurs de santé de contribuer à la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, première priorité du projet régional de santé.

Ces services métiers sont soutenus par de nombreux services supports, tels que les référentiels de professionnels. Ces services support sont essentiels pour le bon fonctionnement des services métiers.

Ce projet, unique en France, réunit l’ensemble des acteurs et permet d’éviter le foisonnement de projets parfois antagonistes et une dispersion des moyens humains et financiers disponibles. Il fait pleinement écho aux dispositions du plan Santé 2022 « Accélérer le virage numérique ».

Il est cofinancé par l’Union européenne avec le fonds européen de développement régional.

L’atelier présenté ci-dessous a été engagé à l’initiative d’un mouvement qui se déploie aujourd’hui dans d’autres établissements, en gardant la même méthode.

Phase 1 : récolte de l’information brute

Le recueil d’informations s’est effectué sous forme de questions ouvertes. La première phase a imposé à chacun individuellement d’identifier leurs besoins de collaboration dans leur profession. Des consignes complémentaires ont été données également afin d’aiguiller les professionnels de santé (quels acteurs, quels documents et informations, dans quels cas pathologiques ces besoins s’appliquent).

Phase 2 : structuration, analyse et organisation des données

Dans la deuxième phase, chacun restitue son point de vue avec son groupe. Le groupe de participants a écouté les besoins exprimés et formulé des propositions pour y répondre.

Ensemble, ils ont identifié la faisabilité de la collaboration.

Phase 3 : synthèse

Pour la dernière phase, le groupe a réalisé une synthèse globale de la collaboration, reprenant la liste des besoins (Quelles informations ? Avec qui ? Dans quels cas patients ou pathologies ?), les contributions apportées et les éventuelles difficultés constatées et freins à la collaboration.

Le groupe a ensuite changé de perspective et réfléchi à la problématique du partage d’information avec le patient, en se mettant à sa place.

Enfin, l’atelier s’est terminé avec la réalisation d’une affiche (technique dite du « Dazibao ») présentant la contribution de chacun au succès du projet. Tous les participants ont été invités à inscrire sur des post-its leur nom et prénom ainsi que leur engagement pour contribuer au succès du projet.

Point de vue

Cette méthode d’analyse est similaire à une étude qualitative qui cherche à comprendre les besoins. On y retrouve d’ailleurs les deux méthodes de questionnement : la table ronde (avec environ 10 personnes dans la cible) et l’entretien individuel (lorsque chaque membre du groupe commence par identifier les besoins individuellement).

L’analyse qualitative ne prend pas en compte la notion de représentativité, mais met l’accent sur la compréhension des attitudes et des motivations individuelles.

Ici, le participant est impliqué dans le projet puisqu’il donne son avis personnel (d’un point de vue professionnel de santé et patient) qu’il retransmet aux autres membres du groupe permettant d’avoir des retours et les avis de chacun et de réaliser une synthèse commune (créant ainsi une cohésion autour du projet et donc une motivation supplémentaire).

Exemples d’attentes exprimées

  • Inviter un médecin coordinateur d’EHPAD dans les prochains groupes de travail

  • Mettre en place un espace de réflexion éthique

  • Organiser des ateliers traitant des cas d’usage

  • Partager des points de vue pour enrichir les discussions et permettre aux professionnels de santé de s’investir dans le projet et de communiquer entre eux

  • Optimiser la prise en charge médicamenteuse

  • Permettre d’accéder à l’historique des vaccins

  • Définir les cas d’usages émis par les patients.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 21/01/2020

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Associer les usagers à la conception de services numériques (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Associer les usagers à la conception de services numériques (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?