Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Forum

P1.1 : Définition Interface
Répondre
Réponses : 3   Vues : 329  Abonnés : 3

Posté par CHULille (CHR LILLE)  · 11-05-2017 - 13:40

Transfert
Bonjour à tous,

Je souhaite avoir une clarification sur le terme "Interface". 

Je vous explique la situation :
Aujourd'hui, nous disposons d'un référentiel identité/mouvement auquel est interfacé notre logiciel de biologie qui permet la prise en charge des demandes de biologie et la production des résultats d'analyse. 
A ce logiciel de biologie est interfacé un système expert de validation biologique. Ce système expert reçoit ainsi les identités patient de notre logiciel de biologie et non directement depuis le référentiel identité/patient. En somme, le logiciel de biologie fait office de transmetteur interne d'identité.

En ce qui concerne ce logiciel expert, devons-nous le considérer comme une application interfacée avec le référentiel et donc le mettre au numérateur ou bien au contraire, le mettre au dénominateur (application faisant partie des domaines concernés mais non directement interfacée avec le référentiel Identité). 

Je précise que ce n'est pas la seule application dans ce cas-là.

J'espère avoir été assez claire dans mes explications

Je vous remercie par avance de vos réponses,

Bien cordialement,

Justine FLOCH'LAY­

Posté par jccauvin (Association Interop'Santé)  · 12-05-2017 - 10:31

Transfert
Bonjour,
En radiologie, le PACS reçoit les identités via des messages de demande d'actes (transaction RAD-4 du profil IHE SWF). Le PACS n'est pas interfacé au référentiel des identités du SIH mais au SIR (Système d'Information de Radiologie). Il déduit les informations patient du champ PID-3. Il me semble que c'est la même chose pour les applications de gestion d'automates dans les labos : ils ne sont pas connectés au référentiel des identités du SIH. Est ce bien, pas bien ? Je n'ai pas d'avis. Il faut cependant s'assurer que la fiche patient est bien transmise et qu'il n'y a pas de confusion par exemple entre le nom de famille et le nom d'usage. Il faut aussi gérer correctement les domaines d'identité pour répondre à certaines configurations de GHT.  Enfin, il faut prévoir aussi la transmission du NIR dans les prochaines années. 
Jean-Christophe Cauvin­

Posté par DAL (ANAP)  · 24-05-2017 - 14:34

Transfert
Justine,

Désolé de cette réponse tardive, je suis passé à côté de votre message.

En complément de la réponse de Jean-François, qui me parait en tout point correcte, j'ajoute les choses suivantes.

La bonne question à vous poser est celle de l'unicité de l'information d'identité du patient. En clair, peu importe que vous ayez une deux ou 43 interfaces successives (je grossis le trait volontairement).

La question est : "est-ce que l'identité du patient reste cohérente du référentiel d'identité "primaire" (dont vous ne dites pas dans quel logiciel est implémenté) jusqu'au système expert ?"

Si oui, no problem !

Mais, imaginons -par exemple- que les biologistes puissent modifier tout ou partie des traits d'identité dans le logiciel de biologie (un serveur d'identité tiers, donc) ET que ces modifications ne sont pas remises en cohérence avec le référentiel d'identité primaire ; alors, vous n'avez plus d'unicité et de cohérence de l'information d'identité entre le système expert et le référentiel primaire... Pas plus qu'entre le serveur d'identité de biologie et le serveur d'identité "primaire", d'ailleurs ! Vous voyez donc qu'il s'agit autant d'une question technique que d'une question de règles d'utilisation des logiciels, voire de procédure humaine (car la réconciliation entre les serveurs d'identité pourrait être manuelle avec procédure écrite et contrôlée à la clef, bien que cette solution soit à mon avis non conforme à l'exigence HN du 1.1).

Pour résumer : si l'unicité et la cohérence de l'identité du patient entre le serveur d'identité primaire et tout autre base d'identité est assurée par des interfaces informatiques, vous êtes conforme à l'exigence.­

Posté par jccauvin (Association Interop'Santé)  · 29-05-2017 - 16:24

Transfert
Le guide d'interopérabilité hospitalier publié par Interop'Santé recommande de n'avoir qu'un seul référentiel identité maintenu par un seul système. Idem pour les mouvements. Pour des raisons d'organisation, il est admis que d'autres systèmes peuvent modifier ce référentiel. Dans ce cas, il faut prévoir une interface entre ce(s) système(s) et le système maitre. Dans votre cas, il faut prévoir un message A31 (Update Person Information) entre le logiciel de biologie et la GAM/GAP, très simple à mettre en oeuvre lorsqu'il s'agit de la mise à jour de traits d'identité. Attention tout de même à aligner la charte d'identification utilisée au bureau des entrées avec celle de la biologie, notamment pour les règles de saisie des traits et la qualification des identités. Attention aussi à restreindre l'accès aux fonctions de modification d'identité à certaines personnes du laboratoire : toutes les modifications qui seront faites dans le logiciel de biologie remonteront vers la GAM/GAP, qui les transmettra aux autres applications du SIH, voire à un serveur de rapprochement d'identité.­
Répondre

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à P1.1 : Définition Interface.

Vous êtes perdu ?