D2.4 : Faisabilité dans le privé ?

Messages

Par Sylvain Didelot le 14/08/2015 à 14:07
Bonjour,



Si l’obtention de données à jour dans le DPI ne pose pas de problème, la notion de compte rendu d’hospitalisation me semble difficile dans le privé.



En effet, les médecins privés consultent souvent en ville où se trouve leurs secrétariats.

Ils nous envoient le CR d’hospitalisation sous forme papier pour le reclasser ensuite.



Comment faire pour valider le D2.2 dans une telle mesure?



Installer des interfaces avec 25 praticiens utilisant tous des logiciels différents au 4 coin du départements ?

Et ce avec des passerelles qui n'utiliseront pas MSsanté qui est la seule messagerie qui fera foi.



Bref. Quid de la mise à jour du CR D'hospitalisation dans le privé ?

Sachant que, par ailleurs, nous pouvons envoyer les éléments constitutifs de ce CR, à savoir les données d'entrées, les traits médicaux et infirmiers du séjour, la traçabilité des ordos d'entrée et de sortie.

Le CR ne serait qu'un résumé d'éléments figurant déjà dans le DPI et qui sont transmissibles au DMP.



Merci de votre éclairage sur ce sujet.



Cordialement­
Par Didier ALAIN le 14/08/2015 à 14:39 Animateur de groupes
Sylvain,



Si vous parlez bien des ­Comptes-Rendus d'Hospitalisation­ (et non des CR de consultation ou d'examen réalisés dans une entité tierce), il s'agit bien d'une activité réalisée pour les patients hospitalisés de la clinique. La présence de ces comptes-rendus dans le DPI semble donc impérative dans le cas où le DPI est bien le support de référence... Ce qui est bien l'objectif d'Hôpital Numérique, le dossier papier n'étant pas (plus) LE support privilégié dans l'esprit ce programme.



Si vous recevez les CR papier pour classement dans le dossier du patient, le programme prévoit la possibilité d'importer dans le DPI des documents scannés. Vous pouvez également réaliser des intégrations automatiques ou semi-automatiques via la MS Santé et une interface ad-hoc ou un EAI (en gérant les classiques, mais importants problèmes d'identification des patients), comme vous l'avez bien identifié.



Dans tous les cas, pour des besoins basiques de qualité des soins, le CRH doit être intégré au DPI. Cette contrainte étant admise, la mise en oeuvre peut s'avérer plus ou moins complexe, j'en conviens. N'hésitez pas à poursuivre la discussion sur ce second point : beaucoup d'ES sont confrontés au problème et beaucoup d'entre eux ont mis en place des solutions.­