Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.

Espace de discussion

Identifier les points de vigilance d'ordre organisationnel d'un projet d'informatisation du circuit du médicament

Messages

Par Anne TERRAZ AYELA le 30/01/2018 à 10:19

Bonjour à tous, dans le cadre d'un projet de pharmacie unique sur 2 établissements formant une CHT, disposant chacun d'un circuit du médicament informatisé distinct à ce jour, quel périmètre doit être envisagé ? comment doivent être gérées les bases patients des 2 sites (finess juridiques différents) ? Sachant que sur un site la prescription fait partie intégrante du porduit DPI, quels arguments amener aux professionnels pour expliquer une potentielle dégradation de l'ergonomie de travail ?

Ne faut il pas revoir plus globalement le SDSI ?

Certains sites ont ils déjà mis en place une organisation de ce type ?

Merci de vos réponses

Par Philippe MANET le 08/02/2018 à 19:10 Animateur de groupes

C’est une question très intéressante, et qui va complètement dépendre du contexte. Sans le connaitre, on ne peut que proposer quelques principes généraux.


D’abord faire un état des lieux qui va identifier les logiciels en présence, leur ancienneté de déploiement, leurs fonctions, la feuille de route présentée par l’éditeur, et la satisfaction des usagers dans chaque métier concerné (a priori médecins, soignants et pharmaciens).


Ensuite on va considérer la stratégie des établissements. Y aura-t-il des fusions prévues, l’arrivée d’autres établissements, des logiciels obsolètes seront-ils de toutes les façons à changer, etc.


Avec tout cela, on peut définir les objectifs d’évolution de la situation et les prioriser. Veut-on unifier la gestion des stocks de médicaments, les commandes, l’interface d’analyse pharmaceutique des pharmaciens, etc. ? Quels sont les gains attendus de chaque objectif ? Bref, faire un peu de gestion de portefeuille de projet (cf Kit "Gestion de portefeuille de projets") Quel est le système cible ? On n’est pas obligés de tout faire d’un coup, et parfois le mieux est l’ennemi du bien. Et bien entendu, tous les utilisateurs concernés doivent être impliqués, pas seulement, par exemple, les informaticiens et les pharmaciens.


De toutes les façons, il faut pouvoir présenter des avantages fonctionnels très sérieux si on veut défendre des régressions pour certains acteurs. À défaut, les quelques avantages ponctuels que l’on espère risquent d’être largement compromis par un dysfonctionnement général du système.

Par CATHERINE VIGNES le 09/02/2018 à 11:30

Bonjour

Attention, il n'y a pas que le logiciel de prescription, mais penser au logiciel de GEF.....Afin de ne pas se retrouver avec des codes produits différents entre les deux logiciels . Un état des lieux des logiciels trés précis doit être réalisé avant toute chose.

Par Jesus Lahoz le 09/02/2018 à 14:38

Bonjour,

Philippe MANET a très bien décrit la démarche générale.

Dans le cadre d'un GHT la démarche de convergence du SI doit être organisée. Sur la thématique décrite il peut être intéressant de viser à converger vers un même SI.

Pour cela un SDSI de GHT doit être élaboré décrivant les applications de chaque structures, la date de 1ere mise en oeuvre, la date de fin de marché ou de contrat, afin de planifier la convergence vers un même SI par domaine fonctionnel.

Effectivement, il est important de prendre en compte les SI actuels particpants au circuit du médicament:

- DPI

- Rétrocession

- GEF (attention de penser à prendre en compte les éventuels, armoires de dispensation, stockeurs rotatifs, ...)

- Gestion des marchés de pharmacie

- Base de données médicamenteuse (Vidal Pro, BCB, ...)

- la présence de la CIO de l'éditeur Phast (pour faciliter la gestion du paramétrage des médicaments)

On peut user d'argumentaires pour pousser les acteurs à converger, mais au-delà des arguments il faut prendre en compte les contraintes de marchés conclus, d'investissements récents et donc des amortissements en cours et des charges financières.

Pour ce qui est de l'argumentation, je vous cite un argument mais qui n'est pas une réponse à toutes les situations. Chaque établissement à ses prores problématiques. Mais à mon sens, la convergence est l'assurance de savoir utiliser le même outil au sein d'un GHT et donc en cas de gestion des ressources de manière partagée. Un médecin absent dans un établissement A, qui est soutenu par un autre médecin d'un établissement B, sera tout de suite opérationnel dans l'usage de l'outil. Une validation d'un OK Chimio à distance est très apprécié quand on partage un oncologue sur deux établissements.

C'est aussi l'assurance sur le plan du paramétrage des applis et le support interne ou de l'assistance, de moins perdre en connaissance et donc d'être assisté par l'établissement de congés en période de congés des "sachants". C'est aussi la possibilité de peser sur les coûts de maintenance, de formation et de paramétrage, car on peut partager les coûts et la connaissance.

Tout cela ne vaut que si au sein du GHT on partage la même philosophie décrite ci-dessus.

Par Elise MORICHON le 09/02/2018 à 14:44

Bonjour,

Il est également important de prendre en compte le type de services sur l'ensemble du GHT.

Les EHPAD USLD n'ont pas les mêmes besoins que les services de chirurgie ou de réanimation ou d'obstétrique concernant le DPI et le circuit du médicament.

Par Pierre-Hubert VIGNAUD le 09/02/2018 à 16:30

Bonjour,

En complément aux éléments déjà indiqués, il ne faut pas oublier l'étude compléte des processus métiers : - activité : découper le SI étudié en processus - pilotage, métier

- acteurs : identifier et décrire les acteurs et les activités qui gérent de l'information

- informations utilisées par qui et pour qui (flux de transfert des informations et régles de gestion)

Ces éléments recueillis permettront de mesurer les écarts en terme d'organisation aux regards des tâches effectués par les différents acteurs et intervenants des PUI mais aussi des services demandeurs.

Par André APACK le 09/02/2018 à 17:17

Au regard des informations données je vois poindre les problématiques suivantes :
- 2 pharmacies regroupées sur le même lieu avec 2 Finess juridiques différents me semble impossible sans créer une structure juridique à part de type GCS pour gérer les flux financiers. Il me semble inconcevable en effet de trouver dans le même lieu de stockage des médicaments une fois acheté sur le compte d'un finess et une autre fois sur le compte d'un autre finess.
- pour un circuit du médicament, si l'un de deux sites doit héberger les données patients (c'est envisageable), il est nécessaire qu'il soit agréé hébergeur de donnée de santé ou qu'il s'inscrive dans la future certification à ce sujet.
- le périmètre envisageable pourrait être :
* 1 applicatif spécifique pour la pharmacie avec un module prescription mais il faudra envisager de nombreuses interfaces (GEF, DPI,...) qui seront difficiles à mettre au point, et dans le cas du site qui a une prescription intégré au DPI une dégradation de l'usage effectivement.
* L'extension de la partie prescription du DPI ayant le module intégré en ne s'appuyant que sur une seule GEF (celle qui est déjà intégrée avec ce DPI). La mise en oeuvre pourrait être un peu plus simple mais la perte d'ergonomie serait pour le site n'ayant pas le DPI intégré qui se trouverait dans l'obligation de jongler avec deux applicatifs.
* L'extension complète du DPI avec la prescription intégrée sur les deux sites. Le plus simple mais certainement aussi le plus cher !

Tout est au conditionnel selon les résultats des analyses effectuées et des objectifs que vous vous fixerez
Bon courage

Haut de page