D3.5 : Précision sur cas1/cas2

Messages

Par Delphine GUITTET le 20/10/2015 à 17:00
Bonjour,



Pour l'indicateur D3.5, on a une distinction de cas d'usage:

- Cas 1 : le plan de soins informatisé reçoit la totalité des prescriptions effectuées pour

un patient, soit par ressaisie manuelle, soit par interface entre les modules ou les

outils)

- Cas 2 : le plan de soins informatisé reçoit partiellement les prescriptions du patient.

Par exemple, le plan de soins est incomplet pour les patients opérés, si les

prescriptions de prémédication ne sont pas interfacées avec le plan de soins.



L'explication du calcul de l'indicateur selon le cas d'usage n'est pas clair pour moi:

Dans le § "Périmètre de l'indicateur", on a pour le cas 2:

exclure du ­dénominateur­, les séjours de chirurgie si les prescriptions de prémédications ne sont pas interfacées avec le plan de soins.

Dans le § "Spécification pour la production automatisée de l’indicateur", on a pour le cas 2:

­Numérateur­ : [...] En retirant au nombre des séjours, les prises en charges pour lesquelles la totalité des prescriptions n’est pas interfacée avec le plan de soins (par exemple : passage au bloc opératoire).



Question: Si les prescriptions de pré-médication de chirurgie ne sont pas interfacées, doit-on retirer les séjours concernés du numérateur ou du dénominateur?



De plus, pourriez-vous me confirmer que l'on n'a pas l'obligation d'un plan de soins unique pour le séjour? On peut bien avoir 2 plans de soins dans 2 outils différents pour un même séjour?



Merci d'avance



Cordialement­
Par Patrick BLANCHET le 31/10/2015 à 21:57 Animateur de groupes
Bonsoir



L'indicateur précise bien "un plan de soins", et intuitivement on comprend le danger à avoir plusieurs plans de soins; en pratique retirer les séjours chirurgicaux doit être fait effectivement du dénominateur et du numérateur, pour calculer un taux correspondant aux séjours où il n'y a pas d'impossibilité organisationnelle.

Si vous avez une activité polyvalente avec moins de 50% de séjours avec bloc, le taux est atteignable si vous êtes performant dans tous les séjours sans bloc.

Si vous avez une activité principalement chirurgicale avec plus de 50% de séjours avec bloc, le danger à avoir plusieurs plans de soins devient important dans votre activité, le taux ne peut être atteint; comme vous le suggérez une réorganisation autour d'un seul plan de soins est la solution.

Cordialement,

Partrick Blanchet­
Par Thérèse PSIUK le 02/11/2015 à 10:50 Animateur de groupes
Bonjour. Le plan de soins unique a une valeur importante à la fois pour le patient et pour les professionnels médicaux et paramédicaux ; pour le patient les prescriptions et les soins sont coordonnés sans redondance ; pour les professionnels l'accessibilité permanente à l'outil leur donne une orientation pour la gestion prévisionnelle des soins et la traçabilité en temps réels des actes et soins réalisés permet à chacun d'ajuster son organisation de travail ; l'unicité du plan de soins est une étape essentielle pour continuer à optimiser l'informatisation du parcours de soins du patient.­
Par Thérèse PSIUK le 02/11/2015 à 10:52 Animateur de groupes
Excusez moi Monsieur Guittet. Je ne me suis pas présentée: Thérèse Psiuk directrice des soins expert dans le groupe Hôpital Numérique depuis juin 2015 ... Bien cordialement­
Par Patrick BLANCHET le 03/11/2015 à 08:54 Animateur de groupes
bonjour



En complément et pour rebondir sur ce qu'écrit Thérèse Psiuk: le cas 2 est la description d'un cas d'usage observé lors des visites pour recueillir des expériences de déploiement réussi. Il reste que ­l'objectif est un plan de soin unique­, mais la ­valeur minimale de l'indicateur à 50%­ tient compte du fait que les logiciels, notamment d'anesthésie, ne sont pas tous déjà interopérables avec les DPI communs.­